la région MIDI PYRENEES dans le Tarn et Garonne

la région MIDI PYRENEES dans le Tarn et Garonne

provence
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» Voici ma poésie
Aujourd'hui à 1:59 par maurice renard

» Absent du samedi 21/10/2017 Au 05/11/2017 jean-louis
Hier à 19:37 par jean-louis

» Enfance malheureuse
Dim 15 Oct - 0:29 par maurice renard

» Mes créations graphiques
Ven 13 Oct - 21:16 par mamimo

» Trucs et astuces
Lun 9 Oct - 11:51 par mamimo

» j'aime lire sur ma liseuse
Jeu 5 Oct - 10:12 par mamimo

» vacance de Brijou
Mar 12 Sep - 20:44 par brijou1

» jean-louis 06/09/2017
Mer 6 Sep - 21:17 par jean-louis

» vidéos pps
Ven 1 Sep - 0:20 par mamimo

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Forum

Partagez | 
 

 Mon ducumentaire sur la marine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 30 Oct - 19:35

Quand mon tome I sera terminé, je vous présenterai
mon documentaire sur la marine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 30 Oct - 19:41

.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 4 Nov - 1:00


Ce 33 000 tonnes quitte les chantiers de France

Première rencontre de la mer et du navire.
Voici donc la sortie officielle de ce navire, tout juste terminé. Il quitte son quai de construction (qui sert aussi de réparations pour les gros travaux).
On remarquera, pour la circonstance, le grand pavois qui a été hissé (tous les drapeaux, les fanions enrubannent les mâts)
Le grand pavois est rarement déployé sur un navire. Seulement pour les  fêtes nationales, les grandes manifestations dans les ports où le bateau est accosté.
Cette première  mise  à l'eau n'est pas son départ définitif pour les futurs voyages que le navire va effectuer pendant près de 20 ans, II va être testé en vitesse et en contrôles divers,
Seule l'agrémentation du bureau véritas attestera de sa parfaite construction, et
délivrera enfin son acceptation à sillonner les mers et océans du globe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 4 Nov - 1:07


Voici, en une seule vue en coupe, un pétrolier type de 33000 Tonnes.

La cabine de votre serviteur, en 18, sur le pont des embarcations, est située près du groupe de secours, en 20, pour la raison toute simple que je pouvais intervenir très rapidement en cas de panne du groupe principal situé dans la machine sur ce groupe de secours, s'il avait des difficultés pour démarrer.
Pareil pour l'officier Radio, en 7 sur la passerelle du Commandant, avec son local T.S.F. en 6.
Si nous comparons un pétrolier à un transport routier, nous constatons que les proportions sont respectées.
En effet: Le pont du Château, jusqu'à la passerelle de navigation seraient considérés comme la cabine du camion, alors que les soutes, de 1 à 11 représentent le chargement du dit camion.
Avec comme variante, les ponts dunette et pont des embarcations, comparés au moteur de l'engin, et à l'habitat des membres de l'équipage.
Tous les petits trous sur le pont principal, une bonne trentaine correspondent à chaque soute de la cargaison, appelés "trous-d'homme". Ils servent à descendre dans les soutes entre deux chargements pour l'opération de dégazage.

Sur un écran d'ordi, les explications sont difficile à lire, j'en conviens. Il faut voir cette vue en grand écran. Imaginez cette vue en 4m sur 3.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 4 Nov - 1:30


Sur la coque, gravées au burin, les marques de franc-bord à ne pas dépasser en chargement.

Sur ce pétrolier à quai, en chargement, nous voyons bien les marques limites de remplissage à ne pas dépasser pour la sécurité de navigation.
Là, voyez bien le rond avec B V de chaque côté qui est la limite de chargement, avec les côtes mini et maxi sur l'échelle a sa droite.
Nous sommes quand même à 34,5 m

Le bureau Veritas (B.V.), organisme de contrôle, est très sévère. S'il constate qu'un bâtiment devant prendre la mer n'a pas toutes les normes de sécurité requises, il peut l'immobiliser le temps qu'il faut afin de satisfaire les autorités compétentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 4 Nov - 1:33


L'ancre est saisie dans l'écubier par des chaînes.

Sur le Magdala, pétrolier de 240000 tonnes, chaque maillon pèse 80 Kg.
Que dire de plus sur cette vue? L'écubier est l'ouverture du puits à chaîne, qui peut avoir une longueur de plusieurs centaines de mètres.
Il faut savoir aussi que chaque bateau, cargo ou pétrolier possède une ancre de chaque côté du navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 4 Nov - 1:38



L'intérieur d'un tank (citerne) central. Cathédrale moderne érigée à la gloire du pétrole.

Une des cuves centrales du navire, parmi la trentaine. (Située en 4 ou 5 sur la vue du pétrolier en coupe).
Le matelot n'est qu'à mi-hauteur de la cuve, en haut à droite, les fameux "trous-d'homme", nécessaires pour la descente par les échelles, et aussi pour aérer la soute après utilisation, pendant la phase de dégazage.
La profondeur totale de ces cuves est d'environ 20 mètres. Comptez près de 45 mètres pour le Magdala.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 0:23


Le chadburn, transmetteur d'ordres entre la passerelle et la machine.

Fonctionnement d'un chadburn.
Le Commandant ou l'officier pont actionnait la manette située en haut et la plaçait sur l'ordre désiré.
En bas, dans la machine, le même appareil transmettait l'ordre, et la flèche se mettait à la position demandée par la passerelle.
L'officier machine, pour acquitter cette ordre, mettait à son tour sa manette sur l'ordre demandé, ce qui avait pour effet de faire bouger la flèche de l'appareil de la passerelle, et ainsi de suite pendant toute la durée de la manœuvre d'arrivée ou de départ d'un navire.
Pour plus de compréhension, la manette de la passerelle actionnait la flèche de l'appareil de la machine, tandis que la manette de l'appareil de la machine actionnait la flèche de l'appareil de la passerelle.
Ajouté à cela un signal sonore à chaque changement d'ordre, car on ne regarde pas toujours le chadburn, et vous en saurez autant que moi sur cet accessoire nécessaire à tout navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 0:26


Quart du jour, un lieutenant et un matelot tirent leurs quatre heures d'affilées.

Vue type d'une passerelle de navigation d'un 33000 tonnes.
On remarquera les différents éléments nécessaires à la navigation.
Le compas magnétique (boussole géante) avec les deux boules métalliques de chaque côté, pour compenser l'aimantation de toutes les pièces de métal du local pouvant fausser sa lecture.
Le radar, instrument obligatoire pour voir les bâtiments devant nous par mauvais temps, donc par mauvaise visibilité.
De cette passerelle, on voyait également tous mouvements sur le pont.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 0:48


Du tableau de manœuvre, l'officier surveille toute la machine d'un seul coup d'œil.

Remarquez déjà la complexité de ce tableau du contrôle machine d'un 33000 T.
Le chadburn est visible à gauche de l'officier. Si vous avez bien retenu l'explication de la vue sur le chadburm, il est actuellement en position arrière toute, donc le bateau est en ce moment en manœuvre d'accostage ou de départ, en train de quitter sa place à quai.
La roue placée devant lui n'est pas la barre de commande du gouvernail, mais la commande de la soupape principale d'admission de vapeur dans la turbine qui est en quelque sorte le moteur principal du navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 0:51



Le tableau électrique donne une idée de la multiplication des auxiliaires

Après le tableau du contrôle de manœuvre de la machine, voici le tableau électrique principal de la machine.
Cette vue, des années 60, est prise certainement à la sortie du chantier où il a été construit.
Si elle avait été prise une dizaine d'années plus tard, l'homme de cette photo aurait pu être votre serviteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 0:57


Cuisine moderne*, avec une excellente nourriture.

Local très propre, sous la responsabilité du Maître-d'hôtel. Ici, nous voyons le chef cuistot et son aide en pleine préparation du prochain repas
Remarquez, au fond, l'éplucheuse à patates, la friteuse sur les tables de cuisson, et l'énorme hotte aspirante.

*Cuisine moderne pour les années 60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 1:01


A l'arrière, le cuistot est le mieux placé pour appâter de superbes thons.

Remarquez, à droite du cuistot qui pose en héros devant sa belle prise, qui va améliorer l'ordinaire, le vide-ordures très utile qui nous sert à jeter à la mer tous les détritus indésirables à bord, aussi bien les restes de cuisine que des déchets de machine.
J'ai, pour ma part sur le Ville de Rouen , alors que je n'étais encore que simple nettoyeur-aide-électricien, versé dans ce gouffre un bidon entier de chiffons graisseux, qui atterrit directement dans la gueule d'un requin, suivant depuis un certain temps le navire, croyant se régaler de bonnes choses.
A ceux qui penseraient que ce vide-ordures n'est pas nécessaire, et qu'il suffirait tout simplement de jeter le tas ou le sac de déchets à la mer, je répondrais qu'il faut tenir compte du vent violent qui tourbillonne à l'arrière en pleine mer et que, sans cet accessoire, tout ce qui aurait été jeté à la mer risquerait de retomber en s'éparpillant sur le pont.
Si nous regardons bien le vide-ordures, son embouchure est assez grande pour contenir la capacité d'un bidon de 50 litres, récipient qui nous sert régulièrement de poubelle. Le vide-ordures se prolonge d'un grand tube cylindrique qui touche presque le niveau de la mer. Pas trop près de l'eau quand même, car quelquefois des requins, repérant cet appendice au ras de l'eau, se cassent les dents dessus, pensant à des choses comestibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 1:06


Réfectoire de l'équipage

Vaste pièce bien éclairée qui servait, une fois par semaine, de salle de ciné.
L'appareil de projection se situait dans l'office, en prolongement du réfectoire et, par l'orifice du passe-plats, les images étaient projetées sur le mur d'en face.
Pour l'équipage c'était le maître-électricien, donc votre serviteur, qui était chargé de la soirée cinématographique. Pour les officiers, cela se passait dans leur carré, un autre soir bien sûr, car ils utilisaient le même matériel que nous. Par contre, la charge en revenait au radio, ou à un officier-pont ou machine, si l'officier radio était de permanence avec ses contacts avec la terre, par Saint-Lys  radio.
Un service de location de films était assuré par la compagnie maritime et, à chaque escale, nous échangions nos bobines pour de nouvelles.
Les films diffusés n'étaient pas les derniers sortis, ils dataient même de plusieurs années, mais personne ne s'en plaignait, car cette soirée nous changeait les idées.
La séance était complète car, commençant par un documentaire, elle se terminait par le film de la soirée, entrecoupée par un entracte où, faute d'esquimaux glacés, la bière coulait à flot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Ven 6 Nov - 1:11


Piscine des 33000 tonnes

Six mètres sur quatre pour les 33 000 tonnes, la piscine des "gros" était encore plus grande.
Sur les cargos des années 60, une bâche tenue par des madriers sur le pont à l'arrière faisait office de piscine. Cette bâche n'était installée que dans les pays chauds et servait surtout, sur les cargos mixtes, lors du passage de la ligne, de réjouissances nautiques pour amuser les passagers; comme je l'explique dans un récit de mon tome I  (Voir le passage de la ligne)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 7 Nov - 0:58


Passe-avant du Chaumont

Le passe-avant est une passerelle surélevée pour se rendre de l'avant du navire a l'arrière et vice-versa bien sûr. Il a pour but d'éviter tous les obstacles sur le pont (tuyaux, mats, trous d'homme...)
Par mauvais temps, le vent balaie tout, il faut se cramponner pour ne pas être emporté.
Regardez le matelot qui se tient fortement à la rambarde, pour traverser de l'avant à l'arrière, pourtant le temps n'est pas si mauvais que cela.
Ce grand vent naissant par contre, annonce une mini-tempête que nous verrons sur la prochaine vue.
Condition idéale pour attraper le mal de mer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 7 Nov - 1:01


Petit grain, peu dangereux pour nous autres marins

Sur les cargos mixtes, avec une mer houleuse comme celle-ci, les passagers n'avaient pas le droit de mettre le nez dehors. Seul l'équipage-pont, les officiers et moi-même étions habilités, en cas de nécessité, (responsabilité professionnelle oblige).
Les passagers, n'ayant pas le pied marin, confondaient petit grain et tempête car, sur cette vue, il ne s'agit que d'un grain, un coup de tabac léger de force 3 ou 4. Le soir, dans la salle à manger des passagers, le Commandant avait toutes les peines du monde à calmer ces gens qui croyaient avoir eu la plus grosse tempête de leur traversée.
J'eus l'occasion de rencontrer des tempêtes, des vraies sur des pétroliers de 33000 tonnes, de force dix, avec fortes pluies. Le pont était interdit à tout le monde sans exception. Le Commandant avec les officiers-pont et les matelots de quart, consignés à la passerelle de navigation par nécessité pendant deux ou trois jours, ne mangeaient que des conserves et de l'eau pure car la cambuse et les cuisines étaient disposées à l'arrière, sur le pont du Château.
Ce cas était extrêmement rare, mais de temps en temps cela arrivait, c'est pourquoi une citerne d'eau douce était disposée à l'avant avec des vivres non périssables, pour pallier cet inconvénient.
Les ordres étaient assurés par interphone entre l'avant et l'arrière et la vie s'écoulait malgré tout en attendant des jours meilleurs.
Il fallait quand même redoubler de prudence, surveiller de près les appareils de navigation, car un navire comme le nôtre pris dans une tempête faisait plus sous-marin que cargo, et il n'était pas visible des autres navires plus imposants, donc souffrant moins de ce mauvais temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 7 Nov - 1:08


Très rarement, voyez ce que nous avions à subir.

Imaginez cette vague immense s'abattant sur le pétrolier. Pendant les quelques secondes que la vague s’effondre sur l'avant, le bateau est entièrement immergé. De plus, on entends comme un vrai coup de canon. fait rarissime, heureusement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 7 Nov - 1:12


En route pour le Golfe

Voici terminé le tour du propriétaire de notre 'petit' 33000 tonnes. Nous allons maintenant partir pour le Golfe, en passant par le canal de Suez.
J'ai moi-même pris cette photo depuis la passerelle située à l'intérieur de la cheminée. Ce n'est pas le plus haut point du pétrolier. Pour preuve, je n' ai pas pu cadrer sur la photo le mat principal dans son entier.
Pour ce documentaire, nous allons passé par le canal de Suez.
Bien que, de mon temps de navigation, je ne l'ai jamais emprunté.
Des recherches poussées m’ont fait découvrir des vues et commentaires avant sa fermeture en 1956.

Tous les visiteurs et famille à terre, nous allons lever l'ancre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Dim 15 Nov - 2:17


Le canal de Suez

Caractéristiques du canal:
- Longueur 161 Km
- Largeur 150 m
- Inauguré en 1861, par l'impératrice Eugénie, femme de Napoléon III
- Il fallait 17 heures pour le traverser, à une vitesse de 14 Km /H (environ huit nœuds).


Si on compte bien 17 heures à 14 Km/h, cela fait 238 km, alors que la longueur n'est que de 161 Km. Les 5 ou 6 heures de trop, sont les heures d'attente au beau milieu du canal, pour laisse passer le convoi parti de l'autre côté, pratiquement en même temps que nous.
Le premier train de navires qui arrive le premier au milieu du trajet se range dans une dérivation creusée à coté du chemin habituel, et regarde passer les autres.
Le canal se passait indifféremment de jour comme de nuit.
C'est pourquoi, tous les navires devant passer par le canal, se devaient de posséder ce que l'on appelait le "feu de Suez", puissant projecteur d'une puissance de 10000 watts qui servait pour éclairer les berges, lorsque l'on faisait la traversée de nuit.
De mon temps de navigation le canal était fermé, mais je me souviens d'avoir utilisé ce projecteur, sur un cargo, en remontant la Seine jusqu'à Rouen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Dim 15 Nov - 2:21



Amarrage à Port-Saïd, dans l'attente du départ d'un convoi

Les bateaux ne passaient pas individuellement le canal, il fallait en attendre une bonne vingtaine avant de constituer un convoi. Dix minimum si le temps d'attente excédait le temps de traversée, c'est- à-dire plus de dix sept heures (question de rendement et de gros sous).
Le prix pour traverser le canal était fonction du tonnage du navire. Dans les années 60, un 33 000 tonnes, allège devait débourser 35 000 F alors qu'au retour du Golfe, cuves pleines, 80 000F lui était demandé pour redescendre le canal,
On pourrait être surpris par le prix élevé de la traversée, mais quand on pense que le canal évite de passer par le Cap, et fait gagner près de 30 jours de mer, avec ce que cela impose comme frais, on se dit qu'en fin de compte, le prix demandé n'est qu'une partie infime de ce qu'aurait coûté le grand tour.
Quand on pense que depuis son ouverture, plus de 500 000 navires de tous tonnages et de toutes sortes l’ont emprunté, (pointage effectué en 1960) ce sont des sommes considérables qui ont été amassées.
Chaque année, le canal était drainé, élargi, ses rives cimentées, les croisements rendus possibles grâce à des dérivations.
Les derniers temps avant sa fermeture, sur dix navires empruntant le canal, huit étaient des pétroliers, au point que l'on a pu dire que ce passage était le thermomètre du marché du pétrole.
La vitesse était fixée à 14 Km / heure, aussi bien pour la sécurité entre bateaux que pour la sauvegarde de l'état des berges. Une traversée ne dure que 17 heures.
Presque partout le canal a une largeur de 150 mètres, mais son profil de trapèze n'autorise aux bateaux qu'une largeur de 30 mètres, et une longueur de 225 mètres pour tenir compte des courbes.
Le canal fut fermé avant les années 60 et, à cette époque, seuls les pétroliers de 33 000 tonnes pouvaient l'emprunter. Dans les années 70, la taille des navires augmentant, il n'aurait pas été possible aux nouveaux tankers de passer le canal, avec par exemple le Magdala qui, avec ses 240 000 tonnes de port en lourd, avait comme dimension plus de 50 mètres de large, 48 mètres de tirant d'eau et presque un demi-kilomètre de longueur.
Au fond, légèrement sur la droite, la célèbre bâtisse, siège de la société Universelle du Canal de Suez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Dim 15 Nov - 2:32


Traversée tranquille

Les navires, séparés des autres de 1400 mètres, descendent lentement vers Suez.
Traversée tranquille, en apparence sur le pont, mais tout le monde est à son poste, car ce n'est pas le moment d'avoir une avarie grave à bord, qui gênerait le trafic.
D'ailleurs, des remorqueurs sillonnent sans arrêt les convois pour venir au secours de quiconque demanderait de l'aide.


Dernière édition par maurice renard le Dim 15 Nov - 2:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Dim 15 Nov - 2:38


Autre vue du pétrolier dans le canal

Certainement vue prise par un officier pont, depuis la passerelle pour passer le temps.
Pour un marin au long cours, habitué au grand large, 17 h de route dans ce canal devenait rengaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Dim 15 Nov - 2:56


Enfin, une belle vue de quoi égayer le voyage.

Entres deux dunes de sable gris, nous apercevons les chameaux d'une caravane de marchand.
En France en Europe, en remontant une rivière, ou un canal sur une péniche, nous apercevrons au mieux, des biches, des lapins, à la rigueur des sangliers, mais jamais comme ici des chameaux, avec en prime le bédouin qui regarde passer le convoi.
L'exemple flagrant que cette traversée n'est pas sans risques, les baleinières (canots) de sauvetages sont débâchées et prêtes à êtres glissées à l'eau en cas soit d'avaries propres à notre bord, soit de collision avec un autre navire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Dim 15 Nov - 2:59



Nous arrivons à Suez

Les canotiers embarqués à Port Saïd portent les aussières à terre.
C'est terminé, voila dix sept heures que nous sommes partis de Port Saïd, les ouvriers de terre que nous avons embarqués au départ vont nous quitter avec le matériel leur appartenant. Ils prendront le prochain convoi descendant pour regagner leur foyer.
Imaginez, dix sept heures au lieu de trente jours en passant par le Cap de bonne Espérance, cela nous aurait coûté des milliers de fois plus cher.
Trente jours, si le bateau venait du fin fond de la méditerranée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Dim 15 Nov - 3:08


Le tracé blanc nous fait voir le temps gagné en passant par le canal se Suez, au lieu de contourner l’Afrique

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Lun 16 Nov - 0:08

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Lun 16 Nov - 0:12


Dans un premier temps,

je voulais juste prendre la ville de Moroni mais, en apercevant une pirogue s'approcher de nous, (la petite croix blanche en bas à gauche) j'ai continué sur ce petit reportage: Le courrier à la mer.  
Sur un cargo ou un pétrolier au long court, le courrier se faisait rare.
Il fallait profiter des escales programmées pour la nourriture, la relève d'équipage ou le mazoutage (faire le plein de carburant pour la machine) pour espérer que l'agent de la compagnie à terre ait reçu à temps le courrier nous étant destiné.
En contrepartie il prenait le nôtre, que nous avions eu tout le temps d'écrire, et le transmettait à la poste qui l'acheminait normalement à nos familles, quelque soit le pays traversé.
Cela faisait partie des attributions de tout agent de la société.
Par contre, pour le voyage France/Golfe-persique qui durait trente jours, quand rien n'était prévu d'officiel, au large des Comores, pratiquement à mi-chemin de notre traversée, devant la Capitale Moroni, nous usions d'un procédé vieux comme le monde : Le courrier à la mer.
Explication en quelques vues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Lun 16 Nov - 0:16


Les vainqueurs Des notre passage au large de Moroni,

capitale des Comores, nous prévenions par un coup de sirène les indigènes qui pêchaient tranquillement dans le canal de Mozambique dans des barques creusées dans des troncs d'arbres.
En nous voyant, ils laissaient leur pêche hasardeuse et, les plus vigoureux commençaient alors une course effrénée pour être les premiers près de notre bord.
Il va sans dire que nous avions réduit notre vitesse de plus de la moitié car, filant 28 nœuds, (près de 50 km/H) personne ne nous auraient rattrapés.
Seul l'équipage qui aura été le plus rapide a toucher notre coque se verra donner le privilège de récupérer notre courrier et l'acheminer à terre.
De souvenirs de marin, jamais une lettre ne s'est perdue se cette façon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Lun 16 Nov - 0:19


Les autres sont distances, ils laissent la place aux vainqueurs.

La pagaie relevée, c'est leur façon de nous prévenir qu'ils sont près pour recevoir le paquet contenant le courrier.
Courrier préparé à l'avance par le bosco qui se compose d'une plate-forme en bois sur laquelle est fixé un vieux bidon contenant le paquet de courrier, ainsi que différents présents pour le remerciement.
Présents sous la forme de cigarettes, bouteilles d'alcool, savons, boites de lait concentré et chaussures de toile.
Cadeaux considérables pour ces gens qui, s'ils ne consomment pas eux même toutes ses richesses offertes, (religion oblige en ce qui concerne l'alcool) les revendront un bon prix, leur assurant de la sorte plus d'un mois de revenus qu'ils n'auront mis que quelques heures à gagner.
Le radeau sera pris en remorque et tiré vers la terre avant d'être remis aux autorités compétentes pour son acheminement normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Lun 16 Nov - 0:22


Voici une vue type du radeau de ce fameux courrier à la mer.

Avec le courrier, des présents de toutes sortes en remerciement.
Suivant l'inspiration et les goûts du bosco, la forme pouvait changer, mais il fallait que l'ensemble soit bien étanche et flotte convenablement, car dès l'instant que le tout était jeté par dessus bord, il restait dans l'eau tout le temps jusqu'à son arrivée à terre.
En effet, il aurait été dangereux de hisser à bord de la barque cet encombrant attelage, qui en poids et en volume dépassait de beaucoup les côtes de leurs frêles embarcations.
Lors d'une conférence, un spectateur m'a posé la question suivante:
-"Vous n'avez jamais eu peur que, une fois le radeau en possession des indigènes, ils récupèrent les cadeaux et se débarrassent du courrier ?
Question tout à fait légitime mais, c'est sans compter sur l’honnêteté, la loyauté de ses pauvres gens.
Dans mes livres, plusieurs articles démontrent mes dires.

Polaroid de plus de 40 ans, excusez la netteté.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 25 Nov - 23:31

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 25 Nov - 23:54


Le bateau de chantier s'accoste à nous.

Quand nous savions à l'avance que plusieurs jours d'attente nous seraient imposés dans un port pour tel ou tel motif, nous mettions à profil ces longs temps perdus à l'entretien du navire. Dans ces cas là, pas de pêche, de promenade en canot de sauvetage.
Réservé depuis longtemps, le bateau atelier nous accoste et, une fois bien amarré à nous, le travail peut commencer. Il s'agit pour ce cas précis, de nettoyer la coque à l'aide d'une machine spéciale qui, sous l'eau est capable de gratter la coque à l'aide de puissantes meules abrasives rotatives actionnées par de l'air comprimé.
A la vue du drapeau du bateau de chantier, qui peut me dire sa nationalité? (Norvège). Ces bateaux commandés longtemps à l'avance sillonnent les mers à la recherche de leurs futurs chantiers.
Ils nous font gagner un temps considérable car c'est en attendant un chargement, sur notre route normale que le travail de restauration de la coque va s'effectuer alors que sans cela, à une prochaine visite obligatoire à terre, les autorités compétentes nous auraient certainement empêchés de prendre la mer tant que ce travail n'aurait pas été effectué.
Il faut savoir qu'une coque qui n'est plus lisse, à cause des aspérités dues aux parasites ramassés au cours des voyages, peut freiner la vitesse de plusieurs nœuds.
L'armateur, soucieux de la rentabilité de ses navires envoie lui-même des inspecteurs de la société du Bureau Veritas pour contrôler ses différents navires, et les maintenir de cette façon dans de bonnes conditions de performances maximales
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Mer 25 Nov - 23:58


Le chantier peut commencer,

Un ouvrier est en train de descendre pour se mettre le long de notre coque. On va lui passer la machine, légèrement au fond à droite de la photo.
C'est nouveau pour nous ce spectacle, chacun regarde et prend des photos, comme moi qui, 40 ans plus tard, je m'en sert pour constituer ce documentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 0:04


Il y a toujours un collègue qui surveille le chantier

Pendant tout le temps que l'ouvrier actionne sa machine sous l'eau, un collègue le surveille car, le bruit étant trop intense, il serait impossible de se comprendre par radio. D'ailleurs, l'ouvrier a des bouchons  d'oreilles.
Sur le bateau atelier, on prépare une deuxième machine pour la nouvelle descente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 0:17



En plein travail

Tous les hommes du chantier se relaieront à tour de rôle pour ce travail.
Sur notre bateau, le Léda, allège (vide de chargement) car nous allons charger au Golfe, il y a une trentaine de mètres entre le niveau de l'eau et le bas du navire. Sur une longueur de près de 500 mètres, cela en fait des heures de grattage.
Bien que l'homme qui actionne la machine n'ait pas trop d'efforts physiques à faire, il se fatigue vite car, bien que son travail consiste à plaquer la machine sur la paroi, toujours sous l'eau, il doit constamment subir les vibrations de l'engin et, dès la fin de sa bouteille d'air (environ une demi-heure), il est bien content de remonter pour se reposer tandis qu'un autre prend la relève.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 0:26


Un serpent de mer de 2 m de long.

Voyez comme ce travail est dangereux. Le dernier ouvrier, en remontant sa machine a trouvé ce serpent encore vivant, mais sans doute blessé par les brosses.
Ces serpents s'agrippent sur la coque et se nourrissent de mollusques accrochés aussi sur notre coque. En fin de soirée, le travail est terminé. cela tombe bien, le radio a reçu l'ordre de s’amarrer à l'ile en fer. Le spectacle est fini, chacun à son poste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 19:45

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 19:52



La baleinière décolle du pont des embarcations.

Pour l'instant et, en attendant une place à quai au Golfe Persique, pour ne pas perdre de temps, et surtout pour occuper le personnel, nous risquons un exercice de mise à l'eau d'un canot de sauvetage.
Dans un premier temps, seuls les responsables de la manœuvre sont à bord pour diriger l'opération.
Chacun a revêtu sa brassière de sauvetage, consigne obligatoire.
La commande est électrique mais une fonction manuelle est prévue en cas de panne générale ou de grosse avarie.
Tout autour, des cordes disposées pour, si la manœuvre se fait en urgence et catastrophe, les gens sautant à l'eau puissent s'agripper avant d'être hissés à bord par ceux s'y trouvant déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 19:55


Elle descend lentement le long de la coque.

Ici, la manœuvre se fait dans de très bonnes conditions, mais il faut savoir que très souvent, si l'évacuation doit se faire en cas de réel danger, ce n'est jamais dans le calme, c'est pourquoi de temps en temps, comme maintenant, cet exercice est le bienvenu, pour que chacun sache bien ce que sera sa fonction en cas de vrai sinistre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 19:58


L'échelle de corde est maintenue pour accueillir les passagers.

Voilà, la barque est à l'eau, l'échelle de corde est le seul moyen d'y descendre (donc d'y monter également).
Un à un, les volontaires pour la petite balade prennent place tandis que le moteur est déjà en route, pour bien se plaquer le long de la coque du gros, afin de faciliter la montée à bord de la frêle embarcation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 20:01


Tous les volontaires pour la promenade descendent un à un.

Ce n'est qu'au dernier arrivé bien installé, que nous pourrons enfin nous éloigner pour le petit tour, tout en restant à vue du " Gros".
Nous naviguions à vue, car à cette époque, pas de radio portative, d'émetteur-récepteur, encore moins de téléphone portable pour communiquer entre le gros et le petit bateau.

Excusez la qualité des photos, ce sont des polaroid de plus de 40 ans...
Les transparents sur écran rendent mieux, aussi sur écran par vidéo-projecteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 20:04


En route pour un petit tour sur une mer d'huile.

Toutes les conditions étaient réunies pour cette petite balade.
- Beau temps.
- Mer d'huile.
- Plusieurs heures d'attente.
- Du personnel disponible pour encadrer les nouveaux à ce genre de manœuvre.
- Chaque novice, pour son premier voyage, à droit à cet exercice.

Dans le canot, pour cet exercice, pratiquement la moitié de l'équipage. Du fait de l'arrêt du pétrolier, un minimum de personnes doit rester à bord du gros.

Chaque canot de sauvetage, par convention sanitaire des gens de mer, doit contenir l'ensemble du personnel navigant.
Il y a 4 canots de sauvetage. 1 avant et arrière bâbord, même chose pour tribord.
Des brassières de sauvetage et des vivres non périssables sont rangés sous les bancs.

Avant que l'on me pose la question... Différentes appellations de types de mer.

Haute mer ou pleine mer: Partie de la mer éloignée des côtes
Front de mer: Large voie en bordure de mer
Mer territoriale: bande maritime qui suit le tracé de la côte et fixée depuis la convention de Montego Bay du 10 décembre 1982 à 12 milles
Mer calme où mer d'huile: calme plat,  beau temps
Mer peu agitée à agitée: Petit grain sans importance
Grosse mer: début de tempête
Mer forte: Tempête à éviter
Mer en furie: Courage, fuyons...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 20:06


Une petite visite d'amitié sur un bateau de la même société, la Shell.

Pourquoi ne pas profiter de l'occasion pour rendre utile la balade?
Un navire, attendant une place à quai comme nous, de la même société, contacté par radio avant notre départ attend notre visite d'amitié.
Une fois arrivé sur le bateau, il sera temps de rassurer nos collègues en contactant le radio de notre navire, pour dire que tout se passe bien et que nous rentrerons pour telle heure.
Far rapport à la vue précédente, la mer est légèrement agitée, mais personne ne s'en plaint.
Dans un petit quart-d'heure nous serons sur le bateau ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 20:09


II faut rentrer à notre bord, la nuit commence à tomber.

La promenade se termine, nous avons pris congé de nos amis qui ont eu la politesse de nous accueillir, à titre de revanche, car qui sait, une autre fois ce sera le contraire.
Depuis l'instant où le Commandant donnait l'ordre de faire cet exercice et le retour à notre bord, chaloupe remontée et tout le monde remis de cette excursion improvisée, il s'est bien écoulé cinq heures.
Pour ceux dont c'était la première fois, que de bons souvenirs à se remémorer plus tard.
Plus souvent aussi, lors d'une attente à quai, il n'était pas rare de voir tout le personnel libre s'adonner à la pêche.
Nous demandions au chef cuistot de nous préparer des appâts et, c'était presque un concours, pour savoir lequel de la bande allait faire les plus belles prises qui, les jours suivants, amélioreraient l'ordinaire.
Dans ces cas là, il n'y avait pas de hiérarchie, le mousse côtoyait sans contrainte le chef mécanicien ou le second capitaine.
C'était vraiment des moments de détente pour tout le monde, mais dès que le radio recevait un ordre de la Capitainerie du port pour tel ou tel emplacement, chacun pliait ses gaules, et la vraie vie de marin reprenait le dessus.
La récré était finie, chacun à son poste.

On ne vois pas ici notre barque, mais sur écran, elle apparaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Jeu 26 Nov - 20:12

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 28 Nov - 1:44


Le spectacle va commencer

Plus spectaculaire que sur un cargo classique. Il fallait amuser les passagers..
La cérémonie va commencer, le juge, le curé et son assistant vont procéder au rituel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 28 Nov - 1:48


Ce sont les anciens (déjà baptisés) déguisés, qui vont initier les néophytes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 28 Nov - 1:52


Les néophytes, enchainés, encadrés par les gendarmes vont au supplice...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
maurice renard

avatar

Messages : 909
Points : 991
Date d'inscription : 22/10/2015

MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   Sam 28 Nov - 1:57


La purification

Avant d'être jeté dans la piscine pour, ainsi entrer dans les eaux sacrées de l'autre monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon ducumentaire sur la marine   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon ducumentaire sur la marine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Mon ducumentaire sur la marine
» Bleu Marine ou Bleu Navy ?
» Petite vidéo sympa sous-marine attaques black-bass
» Météo marine.
» Desjardins Marine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
la région MIDI PYRENEES dans le Tarn et Garonne :: le grenier de Maurice Renard-
Sauter vers: